• Rien n'arrive par hasard

    2 Rien n’arrive par hasard

    Les choses arrivent toujours à des moments précis, rien ne se fait par hasard. C’est mon point de vue.
    Cette envie soudaine de m’intéresser aux bateaux  arrivait à un moment où la clientèle de notre boutique commençait à m’ennuyer, les horaires réguliers commençaient à me peser.
    Je n’aime pas la routine et  là elle commençait à bien s’installer. je pense que la raison principale de ce revirement soudain en  fut la conséquence principale. Il est vrai qu’ une phrase revenait régulièrement à mes oreilles « le bateau c’est la liberté ». Ceci répété  pendant des années par Thomas mon compagnon avait  laissé des traces dans mon esprit. Comme quoi « le bourrage de crâne » existe bien.
    Les vacances annuelles arrivaient à point nommé, on nous avait conseillé de fermer notre boutique en Août car la féria de la ville de Béziers était réputée pour être très bruyante et les Biterrois profitaient de cette période pour  partir se reposer ailleurs au calme.
    Ce fut le  bon moment pour franchir un pas que je croyais à jamais infranchissable.
    Les revues  de bateaux avaient étés lues et relues, nous y passions toutes nos soirées jusque tard dans la nuit. Thomas ne  se privait pas d’argumenter à mesure  que les pages tournaient.
    La boutique était loin de nos préoccupations,  la petite graine commençait à germer.
    Une  inquiétude pourtant me hantait, j’avais la phobie de l’eau.
    Cette peur était arrivée d’une façon tout à fait inattendue quand j’étais enfant lorsqu’une grosse vague (à mes  yeux d’enfant) m’était  passée par dessus me faisant boire la tasse d’eau de mer.
    Cela avait suffit à faire rire ma mère mais pour moi ce fut terrible. Les traumatismes naissent parfois de peu de choses et durent toute une vie.
    C’est pour cela aussi que le choix de notre premier navire fut un bateau destiné à faire les canaux.
    Dans mon esprit les berges n’étaient pas loin, et si un problème survenait je me sentais suffisamment courageuse pour nager jusqu’au bord de la rive.
    Cela me rassurait suffisamment mais surtout encouragée fortement par Thomas qui commençait à voir son rêve se profiler à l’horizon.
    Beaucoup de  questions, les réponses fusaient aussi vite au fur et à mesure, m’encourageant, me rassurant surtout  pour les dangers éventuels. Thomas avait réponse à tout.
    Ce matin là....

    « Pour commencerLa décision »

  • Commentaires

    1
    Samedi 21 Juillet à 21:28

    Je reprends mon premier message qui va devenir le second: changer son cap, c'est déjà se dire qu'il y a des choses qui peuvent aussi changer

    Phobie de l'eau: Je connais mais je ne l'ai eue que pour la baignade et le contact avec l'eau. Ma marraine qui m'a plongée dans un bassin et qui s'est reçue une claque (elle me tenait sous les bras qui donc étaient libres). Le contact avec l'eau est devenue difficile , même sous la douche, il faut que mon corps s'adapte à la température. J'allais faire du pédalo sans crainte. Par contre partir plusieurs jours sans revenir au port, je pense que là ce serait difficile ...

    Je pense, puisque tu es toujours là  à nous raconter une vie sur l'eau, c'est que ton compagnon a su t'aider dans ta phobie.

    A suivre ....

    Bises

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :


.commentbody img {max-width:200px;height:auto;}