• 24 on a eu quelques frayeurs

    24  On a eu aussi des frayeurs

    Tout ne fut pas  si facile, en mer tout peut arriver même les  choses  les plus inattendues.

    C’est pour  cette raison que le capitaine doit  toujours anticiper, surveiller la météo, le ciel etc. C’est ainsi qu’un jour en longeant les côtes espagnoles et que  la mer était  plutôt calme mais au loin on  apercevait un orage en cours,  les voiles étaient toutes dehors nous avancions gentiment.

    Nous avons aperçu au loin un bel arc-en-ciel, superbe quand soudain un forte risée(vent) est venue nous prendre sur le côté et avec un force énorme est venue coucher le bateau.. Heureusement que Thomas était à la barre et à pu  le redresser en bataillant  pour le remettre  droit sur l’eau.. Grosse frayeur  vous pouvez me croire. L’avantage  d’un monocoque (une seule quille)contrairement à un catamaran, c’est que la quille du bateau se redresse automatiquement sauf  si trop de poids  d’un côté l’en  empêche, ce qui aurait pu être le cas  si les voiles s’étaient enfoncées  trop dans l’eau.

    Plus de peur que de mal sauf que  dans le carré tout avait dégringolé et c’était le bazar. Cela m’a  appris que tout doit être  bien rangé avant un départ en mer.

    La mer  et le bateau c’est  une succession de leçons  et on apprend vite à ses dépends.

    Une autre fois ce fut une avarie,l’eau rentrait dangereusement dans la cale. Nous étions face à l’Algérie et on nous avait conseillé d’éviter ce secteur peu accueillant. Pourtant il y avait urgence  sous peine de voir le bateau se remplir d’eau et couler. Après avoir lancé un appel de détresse par la radio « Pan Pan Pan » code pour annoncer une urgence mécanique. Le code  « Mayday » étant réservé pour les personnes en détresse ou cas grave si le bateau coule par exemple.

    Ainsi l’appel lancé il y a toujours une surveillance par  radio pour venir en aide aux navigateurs et surtout être entendu.

    La réponse fut longue à venir cette fois là. Mais elle arriva enfin, accompagné d’un bateau de l’armée Algérienne qui était en approche. C’était impressionnant de les voir, armés  jusqu ‘aux dents de mitraillettes. Ils étaient au moins  six  ou huit dans  leur embarcation et pas envie de rire je vous l’affirme. Heureusement ils parlaient Français et Thomas leur a expliqué notre problème. Ils  sont tous montés à bord  pour vérifier la véracité de ses propos. Effectivement  le carré était déjà bien rempli d’eau et il fallait se dépêcher. Plusieurs appels lancés en Arabe par les autorités maritime, nous fumes dirigés ensuite  et surtout accompagnés dans un port Minéralier de Djendjen. Là je dois dire que nous furent très bien accueillis, le capitaine du port  Monsieur Tatar s’est mis en quatre pour amener des pompes pour évacuer l’eau qui commençait en envahir le bateau dangereusement. Puis en fin d’après midi ils ont sortis le bateau pour le mettre au sec sur *ber.

    Notre surprise  fut encore plus grande lorsqu’il nous invita à aller dormir  sur un navire un « Abeille » bateau maritime surnommé ainsi  pour les sauvetages en mer. IL nous a expliqué qu’il était hors de question que nous dormions  dans  notre bateau posé ainsi sur le ber,  trop dangereux. Après on me dira  que les Algériens ne sont pas accueillants.

    Cette soirée en compagnie de l’équipage de  « l’Abeille » restera un beau souvenir dans nos mémoires. Effectivement car en plus d’un lit nous avons eu droit au repas et cerise  sur le gâteau nous avons pu assister à une sortie en mer pour un sauvetage et s’il vous plaît dans le poste  de pilotage, nous avons pu assister à toutes les manoeuvres, chose rare pour un citoyen lambda.

    Ils nous ont nettoyé la coque, réparé la fuite d’eau. Tous les jours le capitaine nous amenait  du pain frais et le  journal. Nous avions quand même un militaire devant le bateau pour notre sécurité disait il. Je crois  surtout que c’était pour que aucune personne ne puisse se cacher à bord comme les migrants a calais.

    Nous sommes  restés une semaine et lors du départ nous nous attendions à payer une facture bien salée ; Surprise, et non nous dit   le Capitaine Tatar on doit sauver la vie aux personnes en mer et vous ne devez rien. Je  vous demanderai juste de me faire une photo avec ma petite fille. Et dire aux gens que les Algériens ne sont pas tous méchants et qu’ils peuvent  venir en Algérie sans se faire agresser. IL nous  a  expliqué qu’il souffrait des  rumeurs colportées sur eux et bien sur aucun touriste ne  s’aventurait dans ces eaux là. Pourtant il y a des plages splendides mais c’est ainsi.

    Mon chéri  a proposé de  faire paraître un article  sur la revue bateau lue par  tous les plaisanciers pour raconter  notre aventure et l’accueil  que nous y avions reçus. Ce qui fut  fait. Une grande page a été consacrée à cet article. Car il faut savoir une chose quand on a une avarie en mer et si une personne vient à votre secours et vous tends la perche et monte à bord de votre bateau le bateau lui appartient. Car on sauve les personnes mais le reste est considéré comme  fortune de mer. C’est une loi maritime !

    Donc si on considère la chose, on aurait du perdre notre bateau. Et repartir avec nos valises et c’est tout bien content

    d’avoir eu la vie sauve.

    Souvenirs, souvenirs…..

     

     

     

     

    24 on a eu quelques frayeurs

                 24 on a eu quelques frayeurs                                                 l'Abeille

    24 on a eu quelques frayeurs

    24 on a eu quelques frayeurs

     

    24 on a eu quelques frayeurs

    *Ber : Un ber ou berceau est une charpente de bois qui supporte un navire et glisse avec lui pendant le lancement. On appelle aussi ber un appareil dans lequel on place un bateau pour le haler à terre, sur un slipway par exemple (voir ber roulant de Big Chute), ou pour le maintenir droit pendant les

    24 on a eu quelques frayeurs

    réparations ou le transport par voie ferrée ; ce type de ber peut avoir des roues1.

     

     

     

     

     

     

     

    « 23 Voici la carte25 L'espagne »

  • Commentaires

    2
    Jeudi 2 Août à 13:15

    Coucou oui la canicule est à l'ordre du jour mais ce n'est pas fini.

    Oui je vais  voir pour les photos....

    grosses bises en te remerciant pour tes commentaires.

    1
    Mercredi 1er Août à 21:55

    Non les gens ne sont pas tous aussi méchants qu'on veut nous le faire croire, 

    Marie est toujours là ... elle a dû avoir quelques nuits blanches avec ces frayeurs, mais son capitaine était là!!

     

    Bises

    PS le clic sur la dernière photo renvoie sur la précédente.

    J'avais garder ton récit pour ma dernière lecture du soir.... j'ai fait mon petit tour, comme d'hab mais on n'y parle que de canicule ... il fait chaud ... alors  un récit sur l'eau c'est bien rafraîchissant même avec quelques risques

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :


.commentbody img {max-width:200px;height:auto;}