Plutôt que de s’arrêter, comme initialement prévu, dans ce mouillage que l’on devinait caché au fond d'une anse confondue dans le relief tourmenté, mon chéri avait  préféré continuer vers le petit port de Cargèse pour prendre une bonne douche chaude pour éliminer le sel qui nous imprégnait et surtout pour fêter dignement au restaurant ce baptême ( mon premier baptême)de notre première nuit passée loin de toute terre visible.

Ce changement de cap allait nous permettre de profiter pleinement d’un paysage superbe dont on se privait en ne voyageant que par la terre.

C’était une magnifique carte postale panoramique qui allait s’enregistrer sur notre rétine avec tous ses contrastes, ses écueils découpés par la main d’un géant, ses grottes à fleur d’eau et ses plages de sable immaculé protégées par de hautes murailles qui les rendaient inaccessibles dans cette contrée modelée par les dieux.

De ces quelques jours passés en ces lieux attrayants, que retenir ?

Très peu de choses en réalité car il nous était difficile d’aller au delà du port sans moyen de locomotion et connaissant par ailleurs l’intérieur de cette contrée, nous n’avions aucune intention de grever notre budget en transport en commun pour d’inutiles pérégrinations, plus intéressés par les escales à venir dans des terres nous étant encore inconnues.

Fidèles à notre programme nous allions poursuivre nos pérégrinations vers les îles Baléares, navigation un peu plus importante que jusqu'alors.

L’initiation à la navigation de nuit ayant été accomplie sans encombre, mon appréhension s’était totalement évanouie malgré les deux cent cinquante miles qui s’étiraient maintenant devant notre étrave. (Avant du bateau)

Pourtant, contrairement à notre désir de partir rapidement, suite à un premier départ avorté faute de vent, nous allions devoir prolonger notre séjour en territoire Corse quelques jours de plus dans l’attente d’un souffle hypothétique qui se déciderait à gonfler enfin nos voiles dans le bon sens.

La patience en bateau est mise  à rudes épreuves car c’est la météo et les vents qui décident du départ.

21 Arrivée en Corse