• 14 Le projet

    14 Le projet

    Maintenant que notre embarcation était enfin là nous pouvions commencer les travaux de rénovation et il y avait du travail.

    Lorsque l’on visite un bateau on ne voit pas  tous les détails, vices cachés ou pas. On a toujours des  surprises quand on l’a en main. L’inventaire rapidement fait par l’ancien propriétaire était un peu incomplet à l’arrivée, mais l’essentiel y était, c’était le principal.

    La «mascotte» du bateau était fixée  près de la table à carte, c’était un totem(Tiki) Polynésien en bois sculpté. Nous avions demandé expressément au propriétaire de le laisser en place car, comme un nom de bateau, cela ne se change pas (sans un rituel compliqué) et doit rester en l’état. Les coutumes dans le milieu maritime sont nombreuses et les superstitions aussi. Il y a certains mots à ne pas prononcer  sur un bateau tels que : corde*, lapin**, pour ne citer que ceux-là.

    Cela vient des temps anciens où les croyances étaient fortes et on ne devait pas rigoler  avec  ça.

    Téva  ne serait pas destitué de son nom et garderait  son grigri, qu’on se le dise !

    A partir de ce moment-là les journées passèrent très vite. Thomas occupé aux travaux de  rénovation ainsi que s’occuper à  passer les commandes des  appareils nécéssaires à notre projet, comme un dessalinisateur pour avoir de l’eau douce, une éolienne qui nous donnerait de l’électricité. Tout  ceci était indispensable pour une navigation hauturière.

    Il fallait vérifier l’état du moteur, les voiles etc.

    Il fallait aussi s’enquérir des cartes marines nécessaires à notre parcours.

    Nous passions toutes nos journées au bateau, à bricoler et aussi à nous imprégner de cet espace confiné car nous y passerions beaucoup de temps. Un bateau n’est pas conçu comme une maison ou un appartement. Tout y est pensé pour  occuper au mieux tout l’espace. Aucun endroit  ne devait être  vide, il devait  y avoir une place pour chaque chose, rangée du mieux possible surtout.

    La suite me fit comprendre que les rangements devaient être bien fixés car en cas de grosse  gîte du bateau tout pouvait tomber et se renverser  dans le carré. On apprend beaucoup  en mer, les leçons sont vites apprises à nos dépends.

    Pour ma part, je m’occupais du côté pratique : cuisine, literie, nourriture. Il fallait  tout prévoir car une fois en mer nous n’aurions pas l ‘épicier du coin qui viendrait nous livrer de l’alimentation ou des boissons.

    Il fallait penser à tout ce qui pourrait nous être indispensable et il y en avait  beaucoup.

    La pharmacie entre autre est un poste important à prévoir car des petits bobos ou parfois des incidents plus sérieux sont fréquents. On avait pour cela des informations d’autres navigateurs pour nous guider.

    Le poste de la nourriture était primordial mais Thomas qui connaissait bien cette gestion nous fit un approvisionnement en béton.

    Tout ne se fit pas en un jour bien sûr et les semaines passaient à toute allure…

     

    *corde : à ce mot est attaché le pendu… donc il n’y a qu’une seule corde à bord d’un bateau, minuscule (une quinzaine de centimètres), celle de la cloche.

    *lapin : le lapin a toujours été banni à bord car il rongeait les cordages avec tout ce que cela pouvait impliquer…

     

    « 13 L'arrivée au cap d'Agde15 Les préparatifs »

  • Commentaires

    8
    Vendredi 27 Juillet à 22:18

    Bonsoir Marie, je te rassure,le fait de ne pas avoir de télé ne m'empêche pas de regarder de beaux reportages en streaming sur l'ordi, et c'est quand je décide que ... Je ne supporte plus la contrainte des horaires, la seule que je m'impose c'est l'horaire du repas car pour le diabète de Daniel, c'est important.

    De même l'actualité, quand je suis décidée, je regarde les grands titres sur le net mais je ne vais pas au fond des articles ...

    Daniel a souhaité faire un groupe sur facebook pour retrouver les musiciens avec qui il a travaillé, savoir ce qu'ils sont devenus, ils ont tous à peu près notre âge et ils répondent volontiers présent. Je pense que la rentrée nous réserve de petits pots de l’amitié bien sympa... et c'est là que l'on reparle de l'Etoile....

    Finalement on se rend compte que tous ces "papys" continuent à jouer chez eux pour leur plaisir , ils gardent la musque dans la peau mais c'est celle qu'ils ont connue même si aujourd'hui il y en a quelques-unes qui sont bien, le répertoire de l'époque était bien rempli.

    Et maintenant, je vais faire ma lecture du soir, j'ai deux épisodes...

    Bises

      • Samedi 28 Juillet à 15:45

        Oui tu as raison et ce  n'est pas plus mal. Super de retrouver des anciens pots   et puis les souvenirs ça maintient en forme.

    7
    Vendredi 27 Juillet à 13:53

    Thomas a raison "vivre son rêve à 2" c'est très beau, il y a l'avant (tous ces préparatifs qui donnent un sens aux projets, qui sont source de discussions dans le couple, d'échanges puis le pendant avec le hauts et les bas qui rapprochent le couple  et enfin l'après à nouveau sources d'échanges dans le couple...

    Ce que je remarque autour de nous aujourd'hui, c'est sans doute le manque d'échanges dans le couple, (une de mes belles-sœurs me disaient vous parlez beaucoup tous les 2!!), ils échangent certes mais quand il y a encore les enfants, puis quand ils se retrouvent face à face c'est un peu le vide, et pire quand la retraite arrive et que l'on n'est pas habitué à  vivre côte à côte toute la journée, parfois ils ont du mal à se supporter.

    Entre Daniel et moi, il y a toujours eu des échanges, la musique y est pour quelque chose mais je lui ai toujours demandé son avis, et lui fait de même. On n'a pas de télé, donc repas en tête à tête, on parle mais pas de la pluie t du beau temps ...

    J'irai lire ce soir les 2 épisodes suivants... Là je vais bricoler, je peints les pots ...

    Bises à tous les 2 et continuez à rêver ensemble.

      • Vendredi 27 Juillet à 18:38

        Coucou Tu n'as pas de télé c'est rare de nos jours et comme tu as raison. Parfois  j'y découvre de très beaux reportages et m'instruit aussi. Quand aux journaux  télévisés un ramassis d'inepties et de choses négatives font que cela pollue le cerveau. Vaut mieux éviter pourtant il faut resté informé.

        Dans un couple s'il n'y a  pas d'échanges c'est un peu triste à vivre, nous on a toujours quelque chose à se dire puis il faut dire que nous avons en communs beaucoup de souvenirs, ça aide aussi. merci On continue à rêver même si maintenant   c'est un peu plus difficile à mettre en pratique, quoique....

        Merci pour tes  visites et  commentaires, j'apprécie beaucoup. je suis entrain de refaire un blog de musique il est en hors ligne pour l'instant je le peaufine.

        Bonne soirée et bonnes peintures. Bisous à vous deux.

    6
    Jeudi 26 Juillet à 21:54

    Bonsoir Marie,

    j'ai eu une année, un couple qui avait leur bateau dans le jardin et qui y travaillait chaque jour. Ils sont partis mais on n'a jamais eu de leurs nouvelles. Leur gamin venait à l'école, il était déjà rêveur, un jour, on l'a retrouvé dans un cerisier, il avait fait l'école buissonnière et j'avais prévenu les parents , il avait déjà besoin d'évasion...

    A Apt le directeur de la base de loisirs nautiques que nous connaissions, est parti après le décès de sa femme, pour aider la recherche et il a tout raconté à son arrivée.

    Je pense que l'on a tous au fond de nous une bonne raison de vouloir s'évader et que l'on peut combattre ses peurs et ne pas faire marche arrière.

    Un peu déçue, je n'ai pas l'épisode 14 aujourd'hui. Bonne nuit à tous les 2

      • Vendredi 27 Juillet à 09:38

        Bonjour Toupinette, bon tu m'as dit que j'allais trop vite alors j'ai ralenti et t e voila déçue,hihihi je vais re - re accélérer alors.

        La vie est étrange parfois enfant on pense aux grands voyages et on les fait pas ensuite une fois adulte . Puis d'autres n'y ont même pas pensés et  le destin à fait que ils partent à l'aventure s'évade dans des pays lointains...

        Ce qui est triste je trouve c'est que lorsque on a un rêve  comme celui-ci et qu'on ne peut pas le faire cela doit être rageant.

        Vivre son rêve à deux est encore plus beau. Thomas me le répète souvent, c'est son plus beau souvenir.

        Bisous et bon week-end.

    5
    Jeudi 26 Juillet à 10:08

    En mer on se retrouve seul face aux éléments parfois déchainés  et il faut avoir tout le matériel de survie et autres pour ne pas être pris au dépourvu. Quand on "cabote"( quand on fait de ports en ports) ce n'est pas important car on peut se ravitailler  au port ou envoyé un message radio en cas de panne mais en haute mer ce n'est pas pareil.

    On a écrit un livre  sur notre périple et ici je récris mes propres souvenirs avec des mots moins techniques que  sur le livre. j'écris avec mon ressenti  féminin, et je dois dire  qu'écrire  ce périple est émotionnant encore  maintenant même après toute ces années.

    Le blog n'est pas beaucoup lu  car  on préfère parler de Pipi- caca ou de choses plus superficielles, ces récits  n'intéressent  que peu de personnes, mais peu importe je préfère peu de lecteurs et la qualité est meilleure on voit l’intérêt qui y est porté par les commentaires étayés ce dont je te remercie encore une fois.

    Bisous.

    4
    Mercredi 25 Juillet à 21:50

    Je me doutais bien qu'il y aurait cette page, car partir en mer, il faut vraiment tout prévoir.

    Je prends beaucoup de plaisir à te lire. Je pense que tu fais très bien de garder une trace écrite de ce que tu as vécu , pour toi, pour Thomas, pour ceux qui un jour découvriront ton blog  parce qu'eux aussi souhaiteront partir...

    J'attends la suite.

    Bises

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :


.commentbody img {max-width:200px;height:auto;}